Pour ses 10 ans, Rampage ramène Excision et ça s’annonce complètement taré

Voilà bientôt dix ans que Rampage bouscule les codes de la Bass Music. Confortablement installé depuis son fidèle fief, le Palais des Sports d’Anvers, en Belgique, le plus gros événement indoor Dubstep et Drum & Bass du monde compte bien péter tous les records pour son anniversaire. C’est assez simple : sa tête d’affiche est Excision et le reste du line-up, comme de la scénographie promise, risque bien de mettre à mal une nouvelle fois tous ses concurrents internationaux.

L’année dernière, on prenait déjà une claque intersidérale pour une neuvième édition faramineuse à laquelle Camo & Krooked, Dirtyphonics, Snails ou encore Doctor P avaient fièrement participé. Un événement qui, pour la première fois de son histoire, se déroulait d’ailleurs sur deux jours consécutifs : clairement, il fallait s’accrocher pour s’en sortir vivant mais cette dangerosité festive valait largement le coup. Pour fêter dignement sa décennie, on s’attendait clairement à ce que Rampage mette la barre encore plus haut… et ce sera bientôt chose faite. Souvent considéré comme un demi-dieu pour son talent de production, son influence et son implication dans l’industrie Bass Music, Excision sera bel et bien mis en tête d’affiche d’une des plus grosses teufs du Vieux Continent.

Le patron de Rotten Records, organisateur des impressionnants Lost Land Festival et Bass Canyon, fera donc son grand retour après un passage remarqué – et survitaminé – au Lollapalooza 2018. Si Live Nation avait effectivement fait fort en ramenant le fameux padre du Dubstep, c’était sans compter sur l’événement belge qui l’inscrira alors dans son élément le plus intime : deux nuits entièrement consacrées à la Bass pour un dévouement le plus total.

Rampage dispose effectivement de bien des atouts, à commencer par sa programmation au top niveau avec, il faut bien l’avouer, un penchant majeur pour la Drum & Bass énervée : cette nouvelle itération verra ainsi le passage de ténors comme Andy C,  Sub Focus, Dimension, Wilkinson, Macky Gee, Feint, Tantrum Desire, Benny L et même le légendaire DJ Hazard. À vrai dire, la liste est longue et particulièrement qualitative et vient alors desservir des DJ Dubstep plus rares, mais officiant dans une violence des plus attrayantes.

Car entre Herobust (dont vous pouvez retrouver notre interview ici) et le jeune surdoué Dion Timmer, en passant par l’indémodable Funtcase, le sans pitié Mastadon ou le culte Spag Heddy, autant dire que le plateau ne rigole pas. Cette dixième édition verra même la légende Fox Stevenson ou la riddim sacrément énervée de Shiverz ou Infekt ! On vous prévient, avec un maximum d’honnêteté : ça risque de souffler une bonne partie des quelques 30 000 participants…

Car oui, plus qu’une sélection d’artistes convaincante, Rampage, c’est un spectacle visuel hors du commun. Le Palais des Sports d’Anvers est un lieu monstrueux pris d’assaut par un staff méticuleux : comprenez par là qu’on ne fait que très rarement la queue, que de multiples shops en tout genre viennent desservir les couloirs et que la sécurité fait dans l’efficacité (mais pas dans l’oppression). Une organisation sincèrement exemplaire pour un show impressionnant où des centaines de panneaux LED (se déplaçant !), de rayons, de canons et de paillettes arrosent les sens. Une prestation patate qui fait largement la moitié de l’événement. Il en est de même pour le système son, l’un des plus affinés de ces derniers temps.

Prenant place le 29 et le 30 mars 2019, Rampage demandera alors, pour tous ceux souhaitant assister aux deux jours, de rester le week-end sur la cité belge. Pour ce faire, les organisateurs proposeront à nouveaux leur « Rampage Resort », un village-vacances entièrement dédié dont quelques détails sont accessibles ici. Un hôtel officiel est également mis en place : sans ça, on vous conseille bien évidemment de vous atteler à la recherche d’un Air Bnb, sans doute la meilleure solution pour économiser tout en gardant en convivialité.

Concernant le trajet, bonne nouvelle puisqu’Anvers est relativement accessible en voiture, en train ou même en bus. Pour ce dernier moyen de locomotion, plusieurs organisations françaises sont dévouées à la tâche : nous vous redirigeons donc vers Green Motion qui propose d’ores et déjà des trajets à moindre coût et particulièrement bien animé.

Vous n’avez donc plus aucune raison de louper cette dixième édition de Rampage. De notre côté, on y sera sans faute… et on trépigne déjà d’impatience.

Max Cagnard

Posted on 8 février 2019 in Actus

Share the Story

About the Author

Back to Top