Récap : Electrobeach Music Festival 2019 – Day 2

Après un Day 1 solide, nous étions plus qu’excités de nous rendre à ce Day 2 de l’Electrobeach 2019, qui était pour nous, l’une des journées de programmation les plus qualitatives depuis la création du festival. Un temps exceptionnel nous a permis d’apprécier cette journée comme elle se devait. Récap complet de notre expérience sur le Day 2 de l’Electrobeach Festival 2019.

L’organisation

Comme la veille, très bonne organisation de la part des organisateurs. Après 6 ans, ils sont désormais rodés dans la gestion des flux des personnes, des stands boissons ou encore des banks. Seul petit bémol, quelques problèmes de son sur la mainstage.

Le public

Il y a les bons et les mauvais côtés de l’Electrobeach Music Festival. Ce public si énergique sur des sets comme Bellecour ou Vladimir Cauchemar, et celui qui fuit la mainstage dès que des artistes plus pointus comme Above & Beyond ou Eric Prydz pointent le bout de leur nez. Impressionnant de voir comment la mainstage s’est vidée pour les deux artistes. Mais ceux qui sont restés ont mis une ambiance absolument incroyable. La fin de Prydz donnait de vrais frissons tant l’ambiance y était exceptionnelle. A noter également les sublimes ambiances toute au long de la journée sur la Hardstage et la Techno Stage.

Les sets

Nos 3 sets préférés de la journée

1 – Fisher

Au milieu de ce Day 2, beaucoup de monde attendaient Fisher à en juger par un public très dense au moment de son arrivée derrière les platines. L’australien a su faire monter la température de festivaliers déjà chauffés à blanc avec un set tech house d’une grande qualité et d’une grande énergie. Quel kiff d’entendre son désormais classique « You Little Beauty » ou son ID « Wanna Go Dancing », véritable missile sur le dancefloor. Le surfeur a conclu par l’inévitable « Losing It » qui a fini d’achever 1h30 de set intense et totalement jouissive.

2 – Magnificence

Pour leur première prestation dans un gros festival français, les Magnificence ont fait forte impression malgré un public peu présent (18h30) mais se remplissant au fur et à mesure. Avec un set alternant Progressive House et Electro House survitaminée, les deux néerlandais nous auront bien fait plaisir durant cette heure de mix. En prime le duo nous a préparé plusieurs ID’s de grandes qualités à l’image de leur tracklist qu’on a vraiment adoré. Le public assez réceptif aura lui aussi bien apprécié la performance des deux ‘Cobra’.

3 – Eric Prydz

N’étant pas absent cette fois-ci, l’un de nos suédois préférés nous a régalé comme il se doit pendant une heure avec un closing digne de ce nom. Quelle ambiance sur Opus, nous n’aurions jamais cru voir le public de l’EMF s’ambiancer autant sur un set d’Eric Prydz. Jouant la prudence, Eric a fait un set plus que correct. Beaucoup de récentes IDs ont été joués, comme ses excellents « Escape 2018 Intro ID », « Tomorrowland 2018 ID3 », « Lolla Stockholm 2019 ID » ou encore « Hï Ibiza 2018 ID ». Accompagné des Pryda classics « Power Drive » et « Sweet Genesis », c’est évidemment sur « Opus » qu’Eric close notre Day 2, avec son lot de lasers et de feux d’artifices.

Les autres sets

Vladimir Cauchemar

Introduit par Bellecour sur scène, le mystérieux Vladimir Cauchemar a délivré une performance pour le moins détonante sur la mainstage de l’Electrobeach. Si on a pu entendre son titre phare « Aulos » (à deux reprises) ou encore « (G)RAVE », l’homme masqué a aussi joué beaucoup de rap. Ainsi, on a pu entendre du MHD dès le début, puis du PNL, mais également sa collaboration avec le rappeur Vald « Elévation ». Quoique proposant un registre plutôt inhabituel pour un festival comme l’EMF, le mélange des gens a plutôt pris sur le public présent.

Above & Beyond

23h50, avant dernier set de la journée, la Trance est de retour sur la mainstage de l’EMF avec le trio légendaire Above & Beyond. Un pari qui pouvait paraitre osé de la part de l’EMF car même si le trio jouit d’une énorme réputation et fanbase à l’internationnal, il se fait assez rare en France et manque probablement d’un hit populaire. Tony & Paavo venu ensemble pour représenter le trio et surtout relever le défi d’organiser la « Group Therapy » au public de l’EMF qui ne semble pas vraiment connaisseur de leurs morceaux. Le duo du soir nous délivre un set composé de leurs productions les plus récentes « There’s Only You », « Always », « Red Rocks », « Happiness Amplified » et quelques tracks de leur label Anjunabeats.

Toujours très interactif avec le public au moyen de leurs messages écris en direct sur les écrans, ils ont évidemment perpétué la tradition du « Push The Button » sur leur plus grand succès « Sun & Moon » avant de quitter le public de l’EMF sur une pluie de confettis sur le magnifique « Northern Soul » en fond. Pour les fans du groupe, ce set, bien que court, aura très certainement comblé les attentes mais l’on pense que pour l’EMF, des tracks un peu plus « banging » de leur catalogue, et quelques lieux communs aurait mis tout le monde d’accord. On a pu voir ici la différence entre la fusion du public sur Armin l’année dernière et un public enjoué mais sans débordement d’enthousiasme sur le trio, qu’on peut pourtant considérer comme 2ème dans la « hiérarchie » Trance. On espère que les mélodies planantes et vocaux sublimes auront convaincus certains newbies

A-Trak

Place au Quebecois A-Trak! Une très très grosse claque fût mangée par l’équipe au vue de la qualité du set du québécois. Relativement rare en France, il bénéficiait d’un bel horaire en Mainstage, l’occasion pour lui de lâcher un set ultra dynamique ponctué de scratching improvisé et d’une technique impeccable. Même si une grande partie du public s’est dirigée vers la scene techno pour assister au phénomène Fisher, A-Trak a convaincu le public avec une mainstage de nouveau bondée après 20 minutes de set, reprenant en coeur le vocal de son fameux ‘Barbara Streisand’!

Loge21

Fiers représentants de la scène française du moment, le duo Loge21 a su relever le défi de leur premier slot Mainstage EMF avec brio. En effet, c’est dans une G-House, Bass House qui a fait leur renommée que les deux dijonnais ont su embarquer avec eux une foule en délire. Malgré quelques soucis techniques indépendants de leur volonté, c’est toujours avec plaisir que l’on constate un public qui sait être réceptif.

Bellecour

La grande surprise du jour a bien évidemment était la présence de notre duo favoris du moment, Bellecour ! En remplacement (de toute dernière minute) de NGHTMRE & Slander, nos deux français ont pu clairement exprimer leur vibes déjantée à une Mainstage pleine à craquer et plus que réceptive. Alors que Tony avait déjà livré un très bon set en Day 1, le remplacement a été vraiment un cran au dessus, c’était choukar !

La team Guettapen

Posted on 14 juillet 2019 in Actus

Share the Story

About the Author

Back to Top