Release : DJ Snake sort enfin son second album “Carte Blanche”

L’image contient peut-être : 1 personne, sur scène et debout

C’était une des grandes promesses de l’été 2019, le second album de DJ Snake est enfin disponible! Après avoir sorti différents singles depuis 2018, le français présente un nouveau chapitre dans sa carrière avec 17 tracks pour lesquels Snake s’est donné “Carte Blanche”. Pour refaire le coup de l’été 2016, le producteur parisien s’est une nouvelle fois armé d’un casting cinq étoiles, où se côtoient bon nombre de stars sans pour autant tomber dans le cliché puisqu’on retrouve d’autre part des talents d’horizons diverses dont le profil est plus qu’intéressant, que ce soit ZHU, les Majid Jordan, Eptic, Zomboy, Tchami, Malaa, Mercer ou encore Gashi,

Comme annoncé dans le titre, l’album est très éclectique avec de nombreux genres explorés pour une variété globale encore plus large que celle présente sur “Encore”. On retrouve les vibes agressives caractéristiques des DJ Sets de William sur plusieurs titres à l’image des deux banger Dubstep “Quiet Storm” et “SouthSide” particulièrement réussis sur lesquels le frenchy a eu le bon gout de s’entourer de Zomboy et Eptic respectivement. L’intro “Butterfly Effect” ainsi que le titre hybride “No Option” suivent également cette atmosphère qu’on apprécie chez DJ Snake.

Dans le découpage de l’album, on retrouve d’autre part les hits reggaeton qui s’enchaînent dans la tracklist avec une nouvelle collaboration “Fuego” aux côtés de Sean Paul, Anitta et Tainy qui vient rejoindre “Taki Taki” et “Loco Contigo” déjà sorties en single. Tandis que sur “Encore”, on peinait à retrouver la touche Snake sur ses différents featuring Hip-Hop, c’est chose corrigée sur Carte Blanche à l’image de “Smile” ou “Paris” sur lesquelles on identifie aisément la patte instrumentale du parisien.

Troisième registre également abordé par DJ Snake: celui plus chill avec deux titres instrumentaux “When The Lights Go Down” et “Try Me” sur lesquels on sent une vrai liberté du producteur. Ce sont d’ailleurs les seules titres avec l’intro et Magenta Riddim sur lesquels l’artiste originaire d’Ermont est l’unique personne créditée (avec évidemment Plastic Toy pour “Try Me”) et ça se ressent totalement en terme de spontanéité des morceaux. Toujours dans cette case chill, les très côtés Majid Jordan et le mystérieux ZHU font le travail sur “Recognize” et “No More“.

Enfin, dans le format club on a la très bonne surprise de découvrir “Frequency 75“, un titre sans compromis sur lequel Snake propose un build-up de type Propaganda pour aboutir sur un drop à la Boys Noize pour un pur banger Electro qui constitue incontestablement l’ovni de Carte Blanche. On termine sur une note un peu plus mitigée pour “Made in France“, une track Bass House de bonne facture qu’on sent avoir été faite entre amis par les quatre piliers de Pardon My French, mais la hype autour d’eux a probablement généré des attentes trop irréalistes pour un titre qui se révèle finalement être un banger typique de ce que Tchami signe chez Confession.

En résumé, DJ Snake se retrouve face à un exercice particulièrement délicat, à savoir présenter un projet qui arrive derrière l’excellent “Encore”. Le frenchy ne s’est finalement pas mis trop de pression et s’est donné carte blanche pour nous offrir un opus varié et bien maîtrisé dans lequel on retrouve tout l’univers du serpent. Bien qu’il délivre une impression différente que la claque reçue à la sortie de Encore, Carte Blanche se présente tel un voyage qui s’imposera indéniablement comme la soundtrack de la vie de bons nombres d’auditeurs. Snake voulait refaire le coup de l’été 2016, c’est mission réussie en ce qui nous concerne.

Out Now

AGZ

Posted on 25 juillet 2019 in Actus, Non classé

Share the Story

About the Author

Back to Top